Programme d'éducation syndicale 2017-2018

Le programme d’éducation syndicale 2017-2018 est maintenant disponible.

« Je me souviens »

La devise du Québec « Je me souviens » guidera notre travail syndical au cours de la prochaine année.

Nous célébrons cette année les 60 ans de la FTQ. Soixante ans de solidarité syndicale. Soixante ans de revendications et de luttes difficiles pour faire avancer les droits des travailleuses et travailleurs. Soixante ans d’action syndicale qui nous a permis de contribuer à façonner un Québec plus juste et inclusif pour l’ensemble des citoyennes et citoyens. Soixante ans d’action de milliers de militantes et de militants : dirigeantes et dirigeants de syndicats locaux, déléguées et délégués syndicaux et sociaux, représentantes et représentants SST, membres de comités et formatrices et formateurs. Quelle richesse que ce mouvement que nous avons bâti et dans lequel tant de personnes sont impliquées !

Notre devise nationale nous ramène aussi à tout le travail qui a été réalisé durant les dernières années pour l’appropriation de la réflexion menant à l’action politique. Alors que le gouvernement québécois terminera son mandat en se vantant d’avoir amélioré les finances publiques et généré des surplus importants, il faudra se souvenir.

« Je me souviens » de l’austérité qui nous a frappés durant toutes ces années où le gouvernement du parti libéral a été au pouvoir. « Je me souviens » de toutes ces suppressions de postes au gouvernement et dans les services publics. « Je me souviens » de tous ces changements dans les structures qui ont eu un impact sur les relations du travail : restructuration dans le réseau de la santé, perte de la spécificité des organismes responsables des normes du travail, de l’équité et de la santé et sécurité du travail désormais regroupés sous le chapeau de la CNESST. « Je me souviens » aussi de ces attaques frontales contre les régimes de retraite dans le secteur public et parapublic, qui ont aussi ouvert la porte aux demandes des employeurs du secteur privé.

« Je me souviens » des promesses libérales non respectées : hausses importantes des tarifs dans les garderies, coupures à l’aide sociale pour les jeunes, délais d’attente ayant peu changé dans les urgences des hôpitaux, coupures dans les budgets de l’éducation, notamment dans les services aux enfants en difficulté, etc. Nous ne sommes pas dupes; les réinvestissements annoncés ne pourront jamais compenser toutes les pertes subies par la population.

C’est dans chacune de nos formations que nous poursuivrons la réflexion politique qui intègre à la fois notre histoire et notre vision du futur, de la société que nous voulons. Et c’est dans l’action que cette réflexion se poursuivra durant la prochaine campagne électorale.

Syndicalement,

Le secrétaire général,
Serge Cadieux